GERVAIS TOMADIATUNGA CHORÉGRAPHE INTERPRÈTE 
IMG_1646.JPG

« La danse m’a rendu ma liberté. Elle m'a permis de me reconstruire, d’exister, de m’accrocher à la vie, de croire en moi et de m’ouvrir au monde. Je danse pour témoigner et redonner espoir. » 

GERVAIS TOMADIATUNGA

Chorégraphe interprète franco-congolais né à Brazzaville, formé au C.E.F.R.A.D (Centre de Formation et de Recherche en Arts Dramatique de Brazzaville) et au Centre Culturel de Brazzaville.

SON HISTOIRE : Après un parcours d'enfant soldat lors de la guerre civile du Congo (97-98), il s’enfuit en RDC et se réfugie dans un camp. Là, il travaille dans les mines pour survivre et subvenir aux besoins de sa famille... Le travail est dur mais la danse lui permet de se sentir libre. En 2004, il est repéré par le directeur du Ballet et Théâtre National de Brazzaville, il y dansera pendant quatre ans. Ce tremplin lui permet d'accéder à des bourses. Il part alors étudier les danses de différentes ethnies d'Afrique et se forme en danse contemporaine et modern-jazz aux Etats Unis. Ces expériences l'aide à mieux comprendre les réalités, les histoires de son pays et la richesse de sa culture congolaise.

Depuis 2005, il travaille avec des chorégraphes et collabore avec de nombreux artistes, metteurs en scènes, photographes, écrivains tels que Chrysogone Diangouaya, Florent Mahoukou, Eric Lamoureux, Hélène Fattoumi, Andréya Ouamba, Fatou Cissé, Isabelle Maurel, Salia Sanou, David Bobée, Ester Salamon, Gregory Vuyani Maqoma, Delavallet Bidifiendo. 

CREATIONS: En 2007, Gervais monte sa compagnie Tumamana. Suivront plusieurs spectacles à portée sociale, qui remporteront des prix à travers le monde : "Kipoke Mona", Le désir de se construire une autre existence (solo, 2008, Institut Français du Congo) "Éoyo Ekoya Eya" (Advienne que pourra, 2012) qui aborde le chômage et la situation sociale précaire au Congo. Suite à cette création et parce qu’il est le fils d’un ancien combattant français, Gervais décide de s’installer en France et d’obtenir la nationalité française. "Inodore, incolore, sans saveur" (2014), dénonce le droit à l’eau, enjeu majeur du développement économique et social du Congo. "Disaster" (solo, 2016) une mise en mots et en mouvements d'une vie hors norme. "Let us go please" (duo 2017) "Et maintenant, on fait quoi (ensemble) ?" (en collaboration avec le groupe Alice, 2018) "Enfin libre" et "Sur nos terres" (Performances solos, 2020) En 2017, Tumamana devient la compagnie Danseincolore. Aujourd’hui, la compagnie bénéficie d'une forte implantation dans sa région (49).

PEDAGOGIE : Gervais est appelé à donner des workshops à travers le monde depuis 2007. Ses créations impliquent toujours une démarche d’action culturelle en direction de différents publics et notamment des écoles, des instituts médicoéducatifs et des associations de défense des droits. Artiste engagé dans son pays d’adoption, Gervais est directeur du festival "Mvukana" (rencontre), dans le Maine et Loire et dans le prolongement de son travail, il travaille à la création d’un espace culturel en France et d’une école de danse au Congo. L'espace culturel Danseincolore va voir le jour à Liré (49). Cet espace est pensé comme un lieu de médiation culturelle, d’échanges, de développement, de réflexion et de recherche artistiques, pour les compagnies accueillies en résidence. Un lieu de vie artistique ouvert sur son territoire, où les habitants des communes environnantes pourront découvrir, se rapprocher des arts vivants, et se rencontrer autour de la de danse, de la musique, du théâtre, et de la culture africaine.

Des créations engagées

Gervais développe son travail au sein de la compagnie Tumamana qu’il crée au Congo, devenue Danseincolore en France (49). Il veut témoigner et éveiller les consciences. Il s’inspire de ses rencontres, de ce qui l’entoure, de l’Histoire. Il a à son actif plusieurs performances et pièces créées et jouées en Afrique et en Europe, toutes engagées sur des thèmes de société.  

 
2008 : Le Congo est un pays à libérer performance 

2009 : Intouchable solo 

2010 : Oyo Ekoya Eya ("advienne que pourra" en lingala),

2014 : Inodore, incolore, sans saveur

2016 : Les femmes c’est pas des objets

2018 : Et maintenant ici on fait quoi ensemble

2020 : On va rien lâcher (solo).

2021Déstockage Humain

Sa prochaine création Réalité(s) témoigne du Congo par le corps. Un corps plus que jamais au cœur de son travail. La chorégraphie témoigne de l’exploitation des enfants dans les mines de coltan.