top of page

PERFORMANCES ET FORMATIONS
EDDY EKETE

Congo RDC

Marché
Total

Book Now

About

EDDY EKETE

« Je crée avec ce que la société fabrique »On le surnomme l’homme Canette (Matchacha Man). Eddy Ekete est un artiste performeur et plasticien internationalement reconnu, menant ses réflexions sur tous les champs de recherche qu’offre la pratique artistique. Après des études aux Beaux-Arts de Kinshasa et aux Arts Décoratifs de Strasbourg, Eddy Ekete devient membre fonda- teur du collectif Ezrapossibles à Kinshasa en 2003 puis de Kinact en 2015 qui est le festival internatio- nal des performeurs.


Eddy Ekete a été heurté par le surplus de canettes vides qui traînaient dans les rues, au Congo comme en France. Dans l’idée de témoigner, d’interroger notre monde, il crée les hommes canettes, ces golems modernes nés des déchets de notre société en 2007 à Paris.


LE PEUPLE DES HOMMES CANETTES

Mêlant réflexion, expérimentation, pratique plas- tique et performances, les Hommes Canettes arpentent l’espace public, entrent en interaction avec les passants et interrogent sur les couleurs produites par la société. « Les hommes canettes, même s’ils font des actes sans paroles, font beau- coup de bruit » (Eddy Ekete). C’est d’ailleurs de ce bruit « terrible » qu’est né le costume de l’homme Canette, révélation auditive portée aux oreillesde l’artiste lors de ses recherches sur le mode d’accrochage de ces objets qui, une fois vidés par l’homme de toute leur substance, sont réduits à l’état de déchets sur la voie publique. En réhabili- tant la canette comme élément d’un tout artistique, en lui attribuant volontairement un autre destin par le costume, le corps de l’artiste s’efface derrière une nouvelle figure qui interagit avec ses sem- blables.


LA FORMATION

Du côté de la performance, la chorégraphie, la mise en mouvement de l’homme Canette est une source de réflexion permanente : à travers leurs déambulations dans l’espace public, les artistes cherchent à comprendre le comportement des Matchacha Men, les interactions qu’ils entre- tiennent avec le mobilier urbain, avec les passants ou entre eux : « quand ils secouent leurs canettes comme des écailles pour manifester leur joie, quand ils s’immobilisent comme s’ils étaient en- dormis, quand ils se rapprochent entre eux comme si Petit Homme Canette cherchait refuge et pro- tection auprès de Grand Homme Canette...cette gestuelle rappelle celle des animaux entrevus aux zoos, à la télévision ou dans les contes pour en- fants ». (Eddy Ekete). De cette chorégraphie spon- tanée émane une intensité suggestive, qui em- barque le spectateur vers un ailleurs, une réalité alternative, dans un véritable chaos auditif ou dans un silence assourdissant.

bottom of page